Saison 2020

Saison 2020

Exposition de céramiques contemporaines

Métamorphoses,

la céramique aux frontières de la peinture et de la sculpture, collection Bernard Bachelier 2

« Si je me suis éloigné des bols, c’est que j’ai été pris par l’acte de création. Au fond, je ne veux pas manquer ce qui me semble important. C’est pourquoi, mes critères sont élargis. La céramique est animée de vitalité. Elle n’est un monde ni clos, ni passéiste. C’est ce que tente de prouver la présente sélection. Il ne s’agit pas d’un panorama. Ce n’est pas une exposition muséale. C’est une collection personnelle. Ce sont des extractions, comme le miel que l’on extrait des ruches. Ce sont aussi des extraits, comme quelques lignes d’un texte, qui en résument le sens,issusd’œuvres plus vastes, que je choisis parce qu’ils me paraissent posséderune force d’adhésion, une originalité, une maîtrise de la forme et une sincérité du propos. Chacun ouvre la porte vers un univers inédit. Toutes les pièces ont été choisies et acquises. Elles résultent, tantôt de décisions réfléchies, de longues recherches, tantôt de découvertes et d’opportunités et, pour la première fois, de quelques commandes.

Métamorphose, d’après le Larousse, est le « changement d’être en autre être, changement de formes ou d’aspect », qui peut s’accompagner, chez les êtres vivants, de modifications des tissus et d’adaptation à des fonctions différentes. Même lorsque la matrice initiale de ces œuvres demeure un bol, celui-ci s’efface au profit d’une idée qui vient de l’extérieur du monde de la céramique : de la peinture, de la sculpture, de l’architecture, de l’imaginaire ou de la nature. Cette idée entraîne un changement de forme et d’état. Elle s’érige comme le déterminant principal. C’est elle qui impose le traitement de la matière.

La collection n’est pas un but en soi. Collectionner pour collectionner n’est pas suffisant. La collection n’est pas l’addition d’œuvres fragmentées. La sélection doit prendre sens. La collection est un moyen de connaissance. Elle doit apporter une nouvelle compréhension de ce qui la constitue. Elle traduit des préférences parmi une profusion de possibles. Bien sur, la sagesse commande d’oublier l’inabordable et les regrets. Au fond trois aspects me tiennent en haleine, l’histoire, l’art et l’inspiration. L’histoire c’est-à-dire, les sources et les filiations. L’art, ce qui confère à une création la qualité d’œuvre d’art. L’inspiration, c’est-à-dire l’alchimie qui détermine l’acte créateur de chaque artiste. »

Bernard Bachelier extraits du catalogue

quelques chiffres de l’exposition

41 artistes, 100 œuvres exposées

dont 27  artistes d’origine étrangère de 11 nationalités

19 femmes, 22 hommes

le plus jeune, Nick Weddell Américain de 26 ans