Saisons 2018, 2019 et 2020

En 2018, le domaine de Bassinet accueille les expositions de deux artistes :

 

Gisèle Garric, céramiste naturaliste qui travaille à la manière de Bernard Palissy.

Comme celui-ci,  Gisèle Garric moule sur sur nature animaux et végétaux et en tire des compositions colorées qui sont de véritables tableaux vivants.  Mais c’est sa sensibilité personnelle qu’elle exprime. en nous faisant partager les émotions  qu’elle ressent devant la nature aveyronnaise, qu’elle aime avec poésie.  Elle montrera des  plats, des vases,  des trompes l’oeil…

En savoir plus

 

Bomarzo Bocca dell InfernoFrancois Sagnes, photographe renommé qui présente une série de photographies réalisées en 1990 et 2004 dans le jardin de Bomarzo. 

Bomarzo est le jardin emblématique du maniérisme italien du 16ème siècle, peuplé de sculptures de pierre fantasmagoriques, redécouvert au 20e siècle par les surréalistes. Ces photos, en noir et blanc, invitent à la méditation. François Sagnes travaille à la chambre. Il effectue lui-même les tirages argentiques…

En savoir plus

*

        Saison 2019         

Quelques conclusions  de la saison 2019 et quelques informations sur les suites de l’exposition 2019

nous avons accueillis environ 1000 visiteurs. Nous tenons à remercier tous les visiteurs. Ce furent de belles rencontres et de bons moments de discussion. Nous avons apprécié l’intérêt porté par les visiteurs, à la création céramique contemporaine.

L’exposition de bols présentées en 2019 a été démontée.

Nous avons fait donation de 57 bols au musée des Beaux-Arts de Lyon qui, grâce aux donations de quatre membres du Club des Collectionneurs de Céramiques, a ouvert, le 14 septembre 2019, une salle consacrée à la céramique contemporaine. Nous invitons les amateurs passant par Lyon à visiter, cette salle nommée le Salon de la Norenchal

Les bols restant sont répartis en Paris et Bassinet.

Nous préparons une nouvelle sélection pour 2020, qui portera plutôt sur les proximités entre la céramique, la peinture et le sculpture.

rappel

En 2019,  le parc du domaine de Bassinet présente une collection de céramiques, constituée de bols créés par  les plus grands céramistes contemporains.

La sélection  comprend 150 bols, d’une soixantaine d’auteurs, selon trois axes, l’inspiration japonaise, l’inspiration chinoise et les Song, l’inspiration méditerranéenne.

l’exposition de céramique est accompagnée d’un ouvrage présentant la collection le bol, le plus abstrait des contenants, collection Bernard Bachelier

Le panorama d’une génération exceptionnelle de céramistes contemporains

Ces bols, 150 œuvres de 64 auteurs, offrent un panorama de la céramique contemporaine, des années 80 à nos jours, âge d’or de cet art, en France, en particulier. Ces artistes ont rompu avec la tradition décorative, pour privilégier le travail de la matière pour la matière, rejoignant ainsi l’expressionnisme abstrait.

 

Ils sont allés chercher dans les arts du passé, le Japon, la Chine, l’archéologie, un renouvellement d’authenticité

Ces artistes inventent de nouvelles formes et de nouvelles pratiques. Et pourtant, ils revendiquent ce qu’ils doivent au passé, à l’archéologie méditerranéenne et proche-orientale, à la Chine des Songs et à la tradition japonaise. Ils ont retrouvé dans les objets exceptionnels qu’ont laissés ces lointaines civilisations, l’authenticité et la vérité perdues par l’industrie manufacturière. Une dizaine de pièces donnent un aperçu de ces sources

Ils sont à la fois des potiers et des artistes

Ils sont potiers et artistes, à la fois. Ils maîtrisent les techniques et travaillent seuls, de la récolte et de la préparation des matières, des argiles et des émaux, jusqu’à la cuisson et au défournement des œuvres. Chaque pièce est unique et fabriquée par les mains du potier. Ils sont artistes, car ils créent des œuvres nouvelles, sans finalité utilitaire, qui possèdent leur propre langage, ou traduisent une idée ou une émotion. Ces œuvres sont des intercesseurs entre l’artiste et l’amateur.

Ils entretiennent des rapports contrastés aux mouvements contemporains

Leur engagement dans la céramique est, pour certains, une réaction à ce qu’ils considèrent comme la perte de sens de l’art contemporain. Et pourtant, ils sont les enfants de leur époque, de la déconstruction des académismes, de la peinture et de la sculpture abstraites, des musiques issues du jazz et du rock, de l’esprit soixante-huitard, de l’amour de la nature et de la prise de conscience écologique.

 

Saison 2020

Exposition de céramiques contemporaines

Métamorphoses, la céramique aux frontières de la peinture et de la sculpture, collection Bernard Bachelier 2

“Si je me suis éloigné des bols, c’est que j’ai été pris par l’acte de création. Au fond, je ne veux pas manquer ce qui me semble important. C’est pourquoi, mes critères sont élargis. La céramique est animée de vitalité. Elle n’est un monde ni clos, ni passéiste. C’est ce que tente de prouver la présente sélection. Il ne s’agit pas d’un panorama. Ce n’est pas une exposition muséale. C’est une collection personnelle. Ce sont des extractions, comme le miel que l’on extrait des ruches. Ce sont aussi des extraits, comme quelques lignes d’un texte, qui en résument le sens,issusd’œuvres plus vastes, que je choisis parce qu’ils me paraissent posséderune force d’adhésion, une originalité, une maîtrise de la forme et une sincérité du propos. Chacun ouvre la porte vers un univers inédit. Toutes les pièces ont été choisies et acquises. Elles résultent, tantôt de décisions réfléchies, de longues recherches, tantôt de découvertes et d’opportunités et, pour la première fois, de quelques commandes.

Métamorphose, d’après le Larousse, est le « changement d’être en autre être, changement de formes ou d’aspect », qui peut s’accompagner, chez les êtres vivants, de modifications des tissus et d’adaptation à des fonctions différentes. Même lorsque la matrice initiale de ces œuvres demeure un bol, celui-ci s’efface au profit d’une idée qui vient de l’extérieur du monde de la céramique : de la peinture, de la sculpture, de l’architecture, de l’imaginaire ou de la nature. Cette idée entraîne un changement de forme et d’état. Elle s’érige comme le déterminant principal. C’est elle qui impose le traitement de la matière.

La collection n’est pas un but en soi. Collectionner pour collectionner n’est pas suffisant. La collection n’est pas l’addition d’œuvres fragmentées. La sélection doit prendre sens. La collection est un moyen de connaissance. Elle doit apporter une nouvelle compréhension de ce qui la constitue. Elle traduit des préférences parmi une profusion de possibles. Bien sur, la sagesse commande d’oublier l’inabordable et les regrets. Au fond trois aspects me tiennent en haleine, l’histoire, l’art et l’inspiration. L’histoire c’est-à-dire, les sources et les filiations. L’art, ce qui confère à une création la qualité d’œuvre d’art. L’inspiration, c’est-à-dire l’alchimie qui détermine l’acte créateur de chaque artiste.”

Bernard Bachelier extraits du catalogue

quelques chiffres de l’exposition

41 artistes, 100 œuvres exposées

dont 27  artistes d’origine étrangère de 11 nationalités

19 femmes, 22 hommes

le plus jeune, Nick Weddell Américain de 26 ans